Tous les articles classés dans : coup de coeur

l’Edulis, Granville

  Envie de petite adresse, celle que l’on trouve au fond d’une impasse, pas très grande, mais où on y mange remarquablement bien ? C’est tout ce qui caractérise ce restaurant l‘Edulis de Granville, cela fut une super découverte. On rentre ? Nous cherchions une petite adresse pour se retrouver avec Lalydo, on ne pensait pas que l’on trouverait aussi bien. Vu de dehors difficile d’imaginer qu’il y a un restaurant cacher là, et pourtant l’ardoise du jour nous propose un plat du jour autour de 15 € (20 € avec le dessert) et quand on voit la qualité de ce qui nous a été présenté, le rapport qualité/prix est incomparable.     Sans pour autant avoir vu l’intégralité de sa carte, il est clair que Jonathan Datin, le chef, utilise des produits frais et de saisons, c’est moderne tout en étant simple. Nous avons commencé avec des petits amuse-bouches salées aux formes sucrées (choux et panna cotta), détournement très à la mode en ce moment. À travers son plat, j’ai senti un respect des …

un Dôme très choco

  Au Café des Halles, à chaque jour son dessert et un dessert qui n’a rien à voir avec les classiques mousses au chocolat / crème brulée et tarte tatin que l’on trouve sur toutes les cartes de brasseries. Ici, vous pouvez certes trouver des classiques comme la tarte aux citrons, mais au goût cela n’a rien à voir. Aujourd’hui, je me sens comme une privilégiée, me rendant sur place pour un rendez-vous professionnel, Michel me fait découvrir son dessert du jour : un dôme très chocolat.     En le voyant, on est curieux de découvrir l’intérieur alors même que le glaçage miroir réalisé nous renvoie notre propre reflet, des petites noisettes nous donnent une petite idée du croquant. On n’attend pas plus longtemps : on coupe ! À l’intérieur, le dessert se montre dans sa simplicité : un biscuit chocolat surmonté d’une mousse légère au chocolat.     En quelques secondes, ce dôme au chocolat est avalé, digne des pâtisseries, il est léger pour un tout très cacaoté, il plaira aux petits et …

Les Jardins d’Etretat

  Lorsque j’ai vu ces visages la première fois sur instagram, je n’en revenais pas ! Quand j’ai su que c’était en France, à Etretat en Normandie, j’ai été encore plus surprise. Mais alors, quand le Jardin d’Etretat est venu me voir pour me proposer de venir le visiter, j’ai sauté sur l’occasion de voir de mes propres yeux ces incroyables visages.     Fondé, il y a plus de cent ans, par Mme Thébault, actrice et amie proche de Claude Monet qui vivait également sans la région. Elle fait appel à un architecte paysager, Alexandre Grivko, qui va concevoir ce jardin surprenant dans cet espace si petit qui rassemble plantes et sculptures végétales.         Le clou du spectacle reste ces visages intégrés dans des arbustes taillés en forme de coquillages (Buxus Sempervirens et de Enkianthus japonicas), directement importés du Japon. Ces visages sont faits en caoutchouc et sont des œuvres uniques de Samuel Salcedo, un artiste espagnol.         Ils sont incroyables et restent ce que j’ai préféré dans …

Breizh Café

Venir en Bretagne et ne pas se rendre dans une crêperie bretonne est inconcevable, venir à Saint-Malo et ne pas passer au Breizh Café serait franchement dommage. Surtout que cette crêperie allie la cuisine bretonne à la cuisine japonaise, alors connaissant mon amour pour la culture et la cuisine japonaise, cela aurait été un crime.     Pour être sûre d’avoir ma place, j’avais réservé, pourtant, il restait des places libres quand je me suis installée, mais au moins j’étais sûre d’être installée, et installée je l’étais plus que bien, aux premières loges comme dans les restaurants japonais justement, au « bar », me permettant ainsi de voir tout ce que le chef préparerai.     J’ai trouvé cela très amusant de voir comment ils utilisent les crêpes de sarrasin pour en faire des rolls garnis, j’ai testé le breizh rolls aux artichauts avec oeuf bio, du comté et aux algues wakamé. Même si j’ai trouvé le goût de l’algue discret, cette version nippone de la galette est raffinée, cela change tout en restant simple et gourmand, j’ai …

la tarte crumble

    Chaque été, nous sommes gâtés par la diversité des fruits qui apparaissent sur nos marchés, nous  permettant, du même fait, de varier les (nos) plaisirs dans les pâtisseries : éclair framboise, tarte fine à l’abricot, nectarines, sorbet melon… le choix est grand. Aujourd’hui je vous parle d’une tarte toute en douceur et en gourmandise. Elle peut sembler toute simple au premier abord : une pâte sablée, une couche de crème d’amande qui viennent accompagner la rhubarbe et des framboises… Oui mais en plus d’être garnie de fruits de saison, elle est surmontée d’un crumble qui apporte un croquant supplémentaire. Vous voyez la gourmandise ?       Sucrée comme il faut, la part est généreuse et convient à tous. On commence à la cuillère et on finit avec les doigts car la pâte sablée permet justement de pouvoir l’emporter et de la déguster avec ou sans cuillère. Un dessert comme aurait pu nous faire mamie, un dimanche midi, ou encore à savourer avec une tasse de thé avec les copines.       …

Vol au dessus de la Presqu’île du Cotentin

    Il y a quelques semaines j’ai été invité par la maison d’éditions Big Red One Editions pour découvrir le nouveau livre de Jérôme Houyvet, Vol au dessus de la Presqu’île du Cotentin (oui encore un mais que voulez vous on ne s’en lasse pas) ! Nous nous retrouvons avec les journalistes invités du Cotentin au Carpe Diem à Cherbourg pour une petite présentation avec les auteurs. Une chance incroyable qui m’a été donnée là. Merci encore aux auteurs et M. Digard de Big Red One Editions pour cette invitation.       Un nouveau livre me direz-vous ? Oui mais le Cotentin est tellement riche, comment voulez vous tout mettre en un livre ? C’est l’occasion justement de varier les plaisirs, découvrir des endroits dont on n’imagine pas. Car le ciel offre une perspective qui nous est totalement inconnue… mais plus très longtemps grâce à Jérôme Houyvet.         Jérôme Houyvet … y a t-il encore besoin de le présenter ?? Il est très connu dans le Cotentin car grâce à lui nous avons …

le Cheesecake du Café des Halles

  Attention pour déguster cette petite merveille, il vous faudra être patient, mais la récompense n’en sera que plus grande ! Le Café des Halles, a développé son restaurant laissant de côté le salon de thé, tout en gardant son âme de gourmand et en proposant chaque jour un dessert digne des plus belles pâtisseries ! Que ce soit ses desserts au chocolat ou sa tarte au citron dont tout le monde parle, il réalise à chacun de ses menus des créations de desserts incroyables dont un cheesecake citronné !       Hyper crémeux et gourmand à souhait, ce cheesecake frais (cad qu’il n’a pas été cuit) est fait maison par Michel généralement la veille. Le crémeux pour les papilles, le citron pour le pep’s et la touche fraîcheur et enfin une base de biscuits pour le croquant. Il a tout d’un grand cheesecake et se mange sans faim. Et par rapport à l’Apple Garden Café ? Ca se ressemble mais c’est différent, chez l’Apple Garden Café vous allez avoir le new-yorkais traditionnel ou au chocolat …

Une étoile caennaise, A Contre Sens entre bloggeuses

  Quand des bloggeuses, gourmandes et normandes (des #gour’normandes) se retrouvent après avoir autant échangé par instagram interposé, forcément on tape fort ! Rendez-vous au restaurant A Contre Sens, un restaurant étoilé qui a eu la bonne idée de proposer des menus du midi à partir de 26 €, nous donnant l’opportunité de nous offrir un délicieux repas étoilé. Une fois le menu lancé, les amuses-notre-bouche arrivent : le croc’, la betterave et le boudin noir sont revus façon Anthony Caillot à travers des mini-bouchées, un peu à la manière appéricube, mais en nettement meilleur.       Vient l’entrée, nous voyons arriver des bols garnis d’une tranche de foie gras surmonté de mangue, cette tranche repose sur du canard effiloché et du céleri rémoulade. Le chef, Anthony Caillot nous entame son menu avec des associations surprenantes, j’avoue que je n’avais pas pensé à joindre le céleri au foie gras. Le plat était très bon, mais ce n’est pas celui auquel j’ai plus adhéré, en même temps, regardez la suite !       Nous avons toutes choisies le plat de poisson, une brandade …

Un repas pour ce soir

  Je vous vois venir, vous allez me dire « elle y est encore ?? » ! Et oui, mais j’avais une bonne excuse : il fallait que j’aille voir la nouvelle cuisine conçue spécialement pour les Ateliers de Yannick. Car si vous y avez déjà été, ou si vous vous souvenez de mes anciennes visites (à revoir ici), avant nous cuisinions les ateliers proposés par Yannick Leflot dans sa cuisine privée même si elle était grande et très jolie, elle n’était pas forcément adaptée pour tous les cours proposés. A présent deux ilots ont été fait pour pouvoir bien voir ce que le chef invité est en train de faire.       Seconde raison, le cours proposé était organisé avec le chef de la Satrouille à Cherbourg, Michel Briens, spécialisé dans la cuisine de marché. Et j’avais très envie de suivre un cours avec lui.       Ce cours était prévu un peu plus tard que les autres, nous avons commencé vers 17h pour repartir vers 20h mais avec un sac chargé d’un menu qui sent tellement bon …

La Cour Sainte Catherine

  Suite et fin de notre weekend dans le Calvados avec Lalydo. Après toutes ces péripéties (Deauville, la traversée en monocoque avec Claire, Honfleur et le restaurant l’Endroit), nous avions sommeil. Cela tombe bien car Armelle avait tout prévu et des chambres nous attendaient dans cette charmante maison d’hôtes : la Cour Sainte-Catherine à Honfleur. Dans une rue un peu excentrée, nous passons la porte cochère et accédons à une petite cour plus de charmante. Il y a des plantes partout et quelques petites lumières qui viennent décorer l’ensemble.       Dans un style authentique, cette belle demeure,  typique de l’architecture normande, fait partie d’un couvent des soeurs Augustines au XVIIème siècle. Elle a été entièrement rénovée et décorée dans des tons chaleureux et naturels nous donnant la sensation d’être comme à la maison. Nos chambres sont dans le premier bâtiment, nous grimpons l’escalier, chaque palier accueille une chambre. La mienne est située tout en haut, donnant vue sur l’intérieur de la cour et du jardin de curé.       C’est une grande …